Le projet

Création de mobilier vivant et organique

Peut-être du mobilier. Toujours des pièces uniques. A chacun d’y trouver ce que son imagination va lui apporter. A la base du bois, parfois du métal, et toujours des dizaines et dizaines d’heures passées à poncer, polir, lustrer. Longues heures pendant lesquelles le temps s’arrête, pendant lesquelles le quotidien se met en retrait tout simplement pour que chaque pièce de bois soit unique et puisse raconter une histoire.

Chaque nom que je donne aux souches est en lien avec une espèce d’arbre disparue. Ma manière de rendre hommage à la nature et de lui redonner une seconde vie.

L’artiste

Vous avez dit Pimp My Souche ?

Je m’appelle Coralie, j’ai 25 ans et je fais du mobilier intérieur à base de souche de bois. Après 3 ans de formation à l’ECV (École de communication visuelle) de Lille et des missions dans le graphisme, je passe aujourd’hui des heures à creuser, polir et travailler des souches de bois dans mon atelier pour réaliser des pièces uniques.

Je me lève tous les matins avec un plaisir fou. Fini le shopping dans les boutiques, j’ai aujourd’hui ma carte de fidélité dans les magasins de bricolage !

Alors même si certains jours l’aventure est difficile, que le bois est lourd, qu’il fait sombre et froid dans mon atelier et qu’il y a certains sacrifices à faire,
je ne regrette pas un seul instant d’avoir pris ce chemin. Il y a trop d’instants uniques à partager.

@Edouard de Pelleporte
@Edouard de Pelleporte

L’atelier

C’est quand même un peu plus qu’un simple atelier.

C’est un simple atelier de 10m² construit avec des parpaings, des planches de bois de palettes, des clous, et des matériaux de récupération chinés chez Emmaüs. Au fond du jardin familial à Villeneuve d’Ascq, c’est mon repaire avec tout ce qu’il faut pour laisser mon imagination et mes mains travailler : une fenêtre qui donne sur des arbres, des courants d’air, un établi, une chaise, des meuleuses, des perceuses, des ponceuses, des objets inutiles, des pièces ratées,… Il manque bien encore une porte, mais je ne me presse pas pour la rajouter. Même s’il fait froid l’hiver et que la pluie s’invite trop souvent quand le vent est au Sud Ouest, il est toujours ouvert. C’est mon atelier.

Une fois équipée, chaussures de sécurité, casques, masque, lunettes, gants, rien n’est pour moi impossible. Rien. Juste une question de temps… et de patience.

Parfois je m’assois sans rien faire. Juste regarder à travers la fenêtre, voir les nuages filer dans le ciel ou laisser l’obscurité s’installer dans le soir.

0